ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

COMMENT ATTIRER DES INSECTES ?

Comment attirer les insectes ?

 

Un colibri, Émeraude splendide (Chlorostilbon lucidus) utilise ses excréments pour attirer des insectes.  On a vu une femelle d'Émeraude splendide déposer ses excréments, ou ceux d’autres individus, sur un mur, près de son nid, pour attirer et attraper des insectes.

 

Un colibri utilise ses excréments pour attirer des insectes

Émeraude splendide (Chlorostilbon lucidus).

Photographie : Marcos André / Wikimedia Commons   (Ornithomedia)

 

On sait que de nombreux insectes se posent sur les excréments, essentiellement pour y pondre leurs oeufs ou s’en nourrir.

C’est le cas, entre autres, des diptères, comme les Culicidés et les Psychodidés).

 

Certains animaux utilisent des excréments, les leurs ou ceux d'autres individus, pour attirer des insectes et s'en nourrir.  La Chevêche des terriers (Athene cunicularia), une espèce habitant sur les plaines américaines, utilise ses crottes comme appâts pour attirer des coléoptères.

 

Les colibris (famille des Trochilidés), que l'on ne trouve que sur le continent américain, comportent les plus petites espèces du monde (cinq centimètres pour le Colibri d'Elena).

Ils portent une robe brillante et irisées, très  spectaculaires.

Leur métabolisme est le plus élevé du monde animal.  Leur cœur peut battre jusqu'à 1 260 fois par minute, et ils peuvent rentrer dans une sorte de torpeur quand la nourriture devient rare.

Ils sont les seuls oiseaux à pouvoir voler à reculons.

Les colibris se nourrissent essentiellement de nectar qu’ils vont chercher dans les corolles profondes de certaines fleurs sud-américaines, grâce à leur long bec, parfois recourbé, et à leur longue langue.

Certains d’entre eux se nourrissent également d’insectes.

Certaines espèces sont migratrices.

 

L'Émeraude splendide (Chlorostilbon lucidus), est une espèce commune dans les forêts subtropicales humides de basse altitude et de montagne et dans les habitats semi-ouverts, y compris dans les jardins et les parcs.

On le trouve en Argentine, au Paraguay, dans l'Uruguay, au Pérou, en Bolivie et au Brésil.

 

Le 27 octobre 2011, le biologiste Fábio André Facco Jacomassa a observé une femelle Colibri, l’Émeraude splendide, couvant ses oeufs dans son nid installé sur une branche d'un Ficus pumila, dans le jardin de l'université de São Paulo (voir le numéro 27 du journal Revista Biotemas).

 

L’oiseau prélevait ses fèces et les déposait sur le mur de l'immeuble voisin, situé à 20 cm de son nid.

Le lendemain, des insectes volaient autour de ses excréments, et le colibri s'en nourrissait.

Durant 50 heures d'observation en novembre 2011, le chercheur a observé ce comportement deux fois.

 

Cette stratégie permet à la femelle de se nourrir tout en restant à proximité immédiate de son nid.  De plus, ses déjections permettent aussi de dissimuler l'odeur des petits.

 

Emeraude splendide  Emeraude splendide

 



Émeraude splendide (Chlorostilbon lucidus) femelle ayant déposé ses excréments sur un mur près de son nid.
Schéma : Ornithomedia.com d'après Fábio André Facco Jacomassa / Revista Biotemas



La femelle d'Émeraude splendide (Chlorostilbon lucidus) chasse les insectes attirés par ses excréments déposés intentionnellement sur le mur près de son nid.
Schéma : Ornithomedia.com d'après Fábio André Facco Jacomassa / Revista Biotemas

 

 

Je me suis inspiré d’un article paru sur le site de l’association Ornithomedia, que je vous conseille de consulter pour plus de détails.

 

//www.ornithomedia.com/breves/colibri-utilise-ses-excrements-pour-attirer-insectes-01489.html?utm_source=sendinblue&utm_campaign=NEWSLETTER_DOCTOBRE_2014&utm_medium=email

 

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Les colibris, des oiseaux étonnants

A la recherche des colibris endémiques du Pérou

Le nectar des puyas, source de nourriture pour les colibris d'altitude au Pérou

Une relation mutualiste entre le Colibri du Chili et certaines mousses et fougères

 

Source

Fábio André Facco Jacomassa (2014). Use of feces to attract insects by a Glittering-bellied Emerald, Chlorostilbon lucidus (Shaw, 1812) (Apodiformes: Trochilidae). Revista Biotemas, 27 (3). Septembre.

 

Jacques Schwers

Le 3 novembre 2014



03/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres