ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

L'expansion de la Bernache nonnette

Expansion de la Bernache nonnette

 

Avant les années 1960, la Bernache nonnette (Branta leucopsis) ne nichait que dans l'Arctique et hivernait aux Pays-Bas.

A partir des années 70, le nombre de bernaches a augmenté de façon significative dans le nord-ouest de la Russie et des oiseaux ont commencé à estiver en Scandinavie, puis à migrer aux Pays-Bas, en Belgique et même en France.

L'expansion de la Bernache nonnette : après la Belgique, la France ?

Bernaches nonnettes (Branta leucopsis).   Photographie : Marc Fasol

 

La Bernache nonnette

La Bernache nonnette (Branta leucopsis) est un anatidé un peu plus petit que la Bernache du Canada (Branta Canadensis), qui lui est très proche : un cou fort et court, une tête ronde et un bec noir et une envergure de 120 à 140cm.  La tête est en grande partie blanche, le dessus gris barré de noir et de blanc, le cou et sa poitrine noirs et le ventre blanc argenté.

En vol migratoire elles sont très bruyantes, et elles forment souvent un "U" irrégulier.

Il en existe, dans le monde, plus de 900.000 individus (en 2012), répartis en cinq populations :

-      dans l’ouest de l’Arctique russe

-      le long des côtes de la Baltique et de la mer du Nord

-      dans l’archipel du Svalbard (au nord de la Norvège)

-      à l’est du Groenland.

-      une petite population s’est installée depuis peu en Islande.

-   des centaines d’oiseaux échappés d'élevages nichent en Grande-Bretagne.

 

Les bernaches russes hivernent en grande partie long de la mer des Wadden (du Danemark aux Pays-Bas).  Au printemps, elles retournent vers leurs zones de nidification dans l'Arctique, via la mer des Wadden et le long des côtes de Suède et d'Estonie, le golfe de Finlande, et au nord de la Russie.

Dans l'Arctique russe, la Bernache nonnette niche sur des falaises et autres parois rocheuses.  Elles s’installent souvent près d’oiseaux de proie, ou parfois même au sein d'une colonie de Mouettes rieuses ou de Guillemots.  Elles bénéficient ainsi d'une protection relative contre les pilleurs de nids (goélands et labbes).  Le long des côtes de la Baltique et de la mer du Nord, les colonies s’installent dans des prairies (parfois pâturées) sur des îles ou le long de côtes basses.

 

 Carte de répartition de la Bernache nonnette (Branta leucopsis)

 

Carte de répartition de la Bernache nonnette (Branta leucopsis) et mouvements migratoires en automne (flèches marron) : en rouge, les zones de nidification  "historiques", en orange, les nouvelles zones de nidification depuis les années 1970 et en bleu, les zones d'hivernage.

Carte : Ornithomedia.com

 

Une expansion spectaculaire depuis les années 1970

En 1971, un premier couple s’est reproduit sur une île suédoise.

Au cours des années suivantes, l'espèce s'est progressivement installée en Finlande, en Estonie, au Danemark, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique (entre autres dans la Réserve du Zoute), et depuis peu, en France (le long des côtes de la Manche et en Bretagne).  Les nouvelles colonies connaissent une forte croissance.

 

On a constaté une croissance importante de la population russe, certainement due à l’interdiction officielle de la chasse.  Cependant, faute de contrôles, des milliers d’oiseaux et leurs œufs sont toujours braconnés chaque année.

Cette interdiction a néanmoins permis d'augmenter considérablement le taux de survie et le succès de la nidification de l’espèce.  C’est cette croissance importante de la population de la Bernache nonnette de l’Arctique russe qui a conduit à la colonisation de l'Europe de l'Ouest.

Dans de nombreux pays, l'existence de nombreuses prairies pâturées et de plans d’eau douce côtiers a favorisé l'installation de colonies en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et, plus récemment, en France.

Enfin, la lecture des bagues a montré que certaines colonies provenaient de Bernaches retournées à l’état sauvage.  Ce programme de baguage a également facilité l’étude des flux migratoires.

 

Malgré l’expansion importante de la Bernache nonnette en Russie, le long des côtes de la Baltique et de la mer du Nord, son avenir n’est pas totalement assuré : peu de zones protégées, projets pétroliers en Mer de Barents, conflits avec les agriculteurs, braconnage.

On observe même, dans plusieurs secteurs de la Baltique, une diminution de la croissance de la population, voire des déclins locaux (prédation par les ours blancs et les renards arctiques, transformation des habitats côtiers, densité maximale atteinte).

Il est nécessaire de continuer à étudier les populations russes et de la Baltique et de créer de nouvelles zones protégées.

 

Je me suis inspiré, pour ce résumé d'article, du site de Ornithomedia.

Je vous suggère vraiment de le consulter : vous y trouverez de nombreuses références et articles sur le web concernant cet anatidé.

 

http://www.ornithomedia.com/magazine/analyses/expansion-bernache-nonnette-apres-belgique-france-01585.html?utm_source=sendinblue&utm_campaign=NEWSLETTER_DE_DCEMBRE_2014&utm_medium=email

 

 

Jacques Schwers

Le 1° janvier 2015

 



01/01/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres