ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

LE ROUGE CLOITRE à 1160 - AUDERGHEM

L'ABBAYE DU ROUGE CLOITRE

Le prieuré du Rouge Cloître est fondé durant la dernière moitié du 14° siècle sur le site d'un ancien ermitage, en Forêt de Soignes, à l'est de Bruxelles.   C'était une des 7 abbayes qui cernaient Bruxelles.
Les étangs artificiels qui l'entourent alimentent un moulin et approvisionnaient les moines en poissons.

La construction de la première chapelle, dédiée à St Paul, n'est achevée qu'en 1385.
Les Ducs de Brabant, et ensuite les Ducs de Bourgogne, ont favorisé le développement du Rouge Cloître par de nombreux dons.
Les 15° et 16° siècle constituent une période prospère pour les moines.   Le Rouge Cloître poursuit son développement sous Charles Quint.   De 1512 à 1520, les chanoines entreprennent l'agrandissement de l'église, pour laquelle Charles Quint fait réaliser les vitraux.

Vers 1600, les chanoines entreprennent d'importants travaux de restauration dans le style baroque qui se développe sous le gouvernement d'Albert et Isabelle.
De nouveaux travaux de reconstruction sont entrepris à la fin du 17° siècle et au 18° siècle pour donner au prieuré son aspect définitif.

Fermé le 13 avril 1784 par Joseph II, le Rouge Cloître est vendu en 1786 et démoli, à l'exception de quelques bâtiments.
En 1805, l'église est ravagée par un incendie, puis démolie.   Les bâtiments subsistants connaissent une série d'affectations et de modification.   On y installe même une manufacture de coton, une teinturerie, une brasserie, une champignonnière et enfin un restaurant, au début du 20° siècle

A l'heure actuelle, la Région de Bruxelles - Capitale en est propriétaire.
Elle y a engagé des travaux de fouilles archéologiques, de même que des travaux de rénovation des bâtiments existants et d'une partie du mur d'enceinte
L'Institut Bruxellois de Gestion de l'Environnement (IBGE) est chargé de la gestion du site.


LE SITE DU ROUGE CLOITRE

Pourquoi cette abbaye porte-t-elle le nom de "Rouge Cloître" ?   Deux hypothèses s'offrent à nous :
La première est la couleur rouge de l'enduis qui recouvrait les murs.
La seconde est la racine flamande "roo" (sart, en français) qui fait allusion à l'essartage (défrichement et brulis) qu'a subi la forêt à cet endroit pour permettre l'érection des bâtiments de l'abbaye et l'établissement de terres cultivées.

Le Roodkloosterbeek (ruisseau du Rouge Cloître) prend sa source en forêt de Soignes, en amont de l'abbaye.   Une de ses sources est la "source du Sylvain", ainsi appelée en mémoire du poète et peintre René Stevens qui vécu au début du 20° siècle et qui était surnommé le Sylvain (divinité romaine des bois et des champs).   Il avait l'habitude de venir méditer le long du ruisseau.
Le Roodkloosterbeek suit son cours en traversant une zone humide avant de se verser dans  un chapelet de 5 étangs le long du ruisseau, de part et d'autre de l'abbaye.   Il reçoit aussi les eaux de petites sources, comme la source de l'Empereur (à laquelle Charles Quint venait se désaltérer lors de ses chasses en forêt) et d'un ruisseau en provenance du site des Trois Fontaines, de l'autre côté de l'autoroute des Ardennes.
Les 5 étangs abritent de nombreuses espèces d'oiseaux d'eau, principalement des Anatidés (canards, fuligules, oies, cygnes),  et des Rallidés (foulques, gallinules, Râles d'eau).   Il y a de nombreuses espèces nicheuses, dont des Aix mandarins, des Bernaches du Canada et des Ouettes d'Egypte.   Il y a également un couple de Martin pêcheurs d'Europe.
L'un des étangs est réservé à la pêche.

Le ruisseau et son dernier étang longent le Jardin Botanique Expérimental Jean Massart (dépendant de l'Université Libre de Bruxelles), puis à travers le Parc du Bergoje, pour se jeter dans la Woluwe.
Le domaine du Jardin Botanique Expérimental Jean Massart dépend actuellement de l'ULB (Université Libre de Bruxelles), qui est accessible les jours ouvrables.   Certains jours, l'Université organise des visites de ce domaine selon des thèmes botaniques spécifiques.

En aval, le petit Parc du Bergoje se trouve de l'autre côté de la chaussée de Wavre, en direction de la Woluwe (voir l'article).

NOTE : la présente note est inspirée de textes édités par "Bruxelles - Environnement - IBGE" et avec leur très aimable autorisation.



L'ASBL Cheval et Forêt
L'histoire du cheval de trait belge remonte à la fin du 19° siècle.   Même s'il n'a plus d'impact sur notre économie, ce cheval prestigieux reste néanmoins un symbole national encore profondément ancré dans beaucoup de nos familles.   Parmi les débouchés actuels de cette "force de la nature", il subsiste encore une profession, le débardage du bois en forêt ardennaise, et une activité ludique, l'équitation et l'attelage.
La création de l'ASBL Cheval et Forêt en Région Bruxelloise et, en particulier dans le site merveilleux du Rouge Cloître a pour but de mettre en valeur toutes les facettes de la race (cheval ardennais ou brabançon).   De plus l'ASBL Cheval et Forêt pousse à lé réhabilitation de cette énergie hippomobile renouvelable.
L'ASBL Cheval et Forêt organise deux activités par mois durant l'année scolaire (équitation, attelage).
Voir quelques photos, rubrique Auderghem

NOTE : Cet article est inspiré d'un texte édité par l'ASBL Cheval et Forêt et avec leur aimable autorisation.
Leur site : www.chevaletforet.be
Leur adresse : info@chevaletforet.be

Mis à jour le 28/09/2011



20/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres