ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

Les psittacidés bruxellois

Les Psittacidés bruxellois

Chaque sois, plusieurs milliers de perruches envahissent bruyamment les différents dortoirs de l’agglomération bruxelloise : principalement le parc Élisabeth entourant la Basilique de Koekelberg, l’OTAN à Evere.   Des dortoirs plus petits ont été observés aux Etangs d’Ixelles, à Forest, et à Uccle.   Il y a également des dortoirs en Brabant flamand (à Linkebeek et à Drogenbos), en Brabant Wallon et en Province d’Anvers.   Lors du dernier compte d’hiver (2012), on a compté 5700 perruches à Bruxelles.   Il y en a eu jusque 10.500 en été 2011.

Ce sont essentiellement des Perruches à collier (Psittacula krameri).   Ce sont d’assez grands oiseaux, de 43 cm de long (queue comprise) et de 48 cm d’envergure.  Elles sont reconnaissables à leurs cris en vol et à leur couleur vert-émeraudes, leur bec rouge-rosé, leur collier rouge et une queue d’environ 25 cm.   Ce sont des oiseaux sociaux, originaires d’Afrique (du Sénégal au nord de la Somalie) et d’Asie (du Pakistan à la Birmanie).

 

(photo js2011 (c))

 

Comme toutes les perruches, elles ont été introduites en Europe occidentale comme oiseaux de compagnie.   Certaines se sont échappées d’élevages.   Toutefois un grand nombre de ces Perruches à collier proviennent d’un lâcher volontaire, en 1974, des volières de l’ancien « Parc Méli », installé après l’Exposition Universelle ’58 sur les terrains de la « Belgique Joyeuse ».

Habituées à occuper des milieux très variés, ces perruches se sont adaptées au climat et aux parcs bruxellois.

 

A côté de ces Perruches à collier, on observe aussi, en plus petit nombre, des Perruches Alexandre (Psittacule eupatria).   C’est une espèce forestière originaire d’Inde, qui ressemble fort à sa cousine.   Elle semble plus limitée par le climat froid de nos contrées.

Ce sont toutes les deux des espèces invasives qui nichent dans des trous et autres cavités, au dépend des oiseaux cavernicoles et des Chauve-souris.

 

Une 3ième espèce a également fait son apparition à Uccle : la Conure veuve, ou Perriche jeune-veuve (Myiopsitta monachus), originaire d’Amérique du sud.   Elles se sont, elles aussi, bien adapté à notre climat.

Les premières Conures veuves, probablement échappées d’élevages, s’étaient rassemblées autour d’une cheminée de boulangerie à Uccle.    Elles nichent actuellement dans des grands nids communautaires fait de brindilles, en plusieurs endroits du sud et de l’est de Bruxelles (Uccle, Ixelles, Watermael-Boisfort).   Il y en aurait un millier dans l’ensemble de l’agglomération.

Elles sont moins invasives que leurs deux cousines.

 

(photo js2012 (c))

 

Inspiré de différents articles parus sur les sites

http://aves.be/

http://www.cowb.be/docpdf/perruches.pdf

Jacques Schwers

30/03/2012

 



29/03/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres