ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

Pourquoi certains oiseaux attaquent-ils les vitres ?

Pourquoi certains oiseaux attaquent-ils les vitres ?

 

Inspiré d’un article de la revue Ornithomedia du 2/03/2013

 

 

Peut-être avez-vous observé des oiseaux attaquer furieusement, et de façon répétée une fenêtre de votre logement, voire parfois les rétroviseurs extérieurs des voitures, ou encore des enjoliveurs.  Ce comportement curieux  concerne souvent des espèces urbaines très communes qui nichent dans la végétation qui entoure les maisons, comme les paridés (les mésanges), certains Fringillidés (le Pinson des arbres – Fringilla coelebs), Turdidés (le Merle Noir – Turdus merula) ou passéridés (les moineaux).

 

On peut se demander pourquoi ils réagissent comme cela ?  Et surtout peut-on faire pour l’éviter ?

 

Selon une croyance ancienne, il s'agissait d'un présage annonçant la mort imminente d'un membre de la famille dans la maison.  En effet, cette croyance affirme que les oiseaux transportent les âmes des morts, et quand l'un d'eux semble vouloir entrer dans une maison, cela correspond à l'âme d'une personne défunte devant conduire dans l'Au-delà celle d'un habitant de la maison.

 

Le comportement de ces oiseaux peut devenir obsessionnel, et on a déjà vu par exemple des Mésanges bleues (Parus caeruleus) venir plusieurs fois par jour, plusieurs jours de suite, s'attaquer à une surface vitrée.
Certains oiseaux, souvent des Corvidés, attaquent si fortement des vitres que celles-ci sont alors couvertes de salive et de sang.

 

L'explication la plus sérieuse est territoriale.  Quand un mâle choisit un site pour nicher, les environs constituent alors son territoire qu'il doit protéger en chassant les autres oiseaux de son espèce.  Quand un mâle défendant son territoire voit accidentellement son reflet dans une surface réfléchissante comme une fenêtre, ou un miroir, il le considère comme un rival qu'il doit chasser.  La plupart des oiseaux n'ont en effet pas la capacité de comprendre que cet autre oiseau n'existe pas vraiment.
A noter que des femelles peuvent aussi, quoique bien plus rarement, avoir ce type de comportement, ce qui est plus difficile à expliquer.

La plupart des attaques ont lieu pendant la saison de nidification, qui s'étale de la parade nuptiale à l'élevage des jeunes, soit plusieurs semaines.   Chez le Merle migrateur en Amérique du Nord, les attaques peuvent se produire entre avril et août, avec des périodes d'accalmies.  Ce comportement se retrouve aussi chez le Cardinal rouge, aux Etats Unis.

A noter que la durée et l'intensité de ces attaques dépend de chaque individu.  Certaines espèces, comme les Merles noirs (Turdus merula) défendent également des territoires en hiver.

 

Certains impacts d’oiseaux peuvent aussi être dus au fait que l’oiseau, en voyant le reflet du paysage, ne se rend pas compte que ce paysage est fictif.  C’est essentiellement un problème rencontré par de grands immeubles vitrés.  Par ailleurs, l’oiseau peut également apercevoir le paysage, à travers les vitres, de l’autre côté du bâtiment, et ne pas se rendre compte qu’il y a un obstacle.

Les impacts d’oiseaux sont parfois dus à une erreur de manœuvre qu’un oiseau qui en poursuit un autre.  Le poursuivant, souvent plus lourd, n’a pas toujours le temps de virer avant l’obstacle.  C’est souvent le cas, à mon domicile, des pigeons ramiers, et une fois même d’un jeune rapace.

Les oiseaux laissent souvent des traces grasses marquant le pourtour de leurs ailes.  De grands oiseaux peuvent parfois briser une vitre.  On a vu des  cas ou un passereau est parvenu à casser le rétroviseur auquel il s’attaquait.

 

 

Que faire ?

La solution idéale est de couvrir les surfaces réfléchissantes d’un film plastique, qui laisse passer la lumière tout en éliminant les reflets.  Mais cette solution n'est pas toujours très efficace.  Les oiseaux n'attaquent habituellement qu'une fenêtre particulière, mais les autres peuvent aussi servir de cibles suivant la position du soleil.  On connaît ainsi des merles ayant attaqué toutes les fenêtres d'une maison !
Couvrez les fenêtres prioritaires, comme celles des chambres à coucher pour que ses occupants ne soient pas réveillés à l'aube.  Dans le cas d'un comportement impliquant des attaques successives sur différentes surfaces vitrées, le cycle peut quelquefois être stoppé si la première étape de la séquence est supprimée.

On peut aussi utiliser des rideaux constitués de bandes de plastique souples ou des CDs qui bougeront au vent, mais l’efficacité est variable selon les oiseaux. 

Quant aux silhouettes de rapaces collées sur les vitres, ils sont d’une efficacité très relative, les oiseaux territoriaux s’apercevant rapidement que cette silhouette ne constitue pas réellement une menace.

En période hivernale, il convient d’éloigner aussi au maximum les mangeoires de vos baies vitrées.  Cela évitera, dans la mesure du possible, les impacts dus à une erreur de manœuvre d’un oiseau en vol.

 

Avez-vous vécu ce phénomène ?  Faites-moi part de votre expérience !!

Jacques

24 mars 2013

 



24/03/2013
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres