ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

PSITTACIDES EN EUROPE

Perruche à collier150303js001.JPGPerruche à Collier  (photo JS (C))

 

Les Psittacidés en Europe : Comment expliquer le succès de leur installation en Europe ?

Dans cet article d’ »Ornithomedia », on recense plusieurs exemples de Psittacidés nichant en Europe, et on évoque le cas du Perroquet youyou dans le département de l'Essonne (France).  Cet article énumère les raisons possibles du succès de l'installation de certains perroquets et perruches sur notre continent.

 

De nombreuses espèces de psittacidés fréquentent nos régions, d’Amsterdam à Madrid, en passant par Bruxelles et Paris, et se nourrissent aux mangeoires de nos jardins.

Conure_veuve150322js012.JPG

Conure Veuve  (photo JS (C)

Il y a, entre autres, des Perruches à collier (Psittacula krameri), des Perruches Alexandre , (Psittacula eupatria) ou des Conures veuves (Myiopsitta monachus), qui nichent à l’état sauvage en Europe.

Dans certaines régions d’Europe, on compte aussi des Inséparables de Fisher (Agapornis fischeri) et masqués (A. personatus), des Amazones à tête jaune (Amazona oratrix) ou le Perroquets youyous (Poicephalus senegalus)

Ces populations férales de Psittacidés, composées d'oiseaux captifs retournés à l'état sauvage font désormais partie de l'environnement quotidien des habitants de certaines villes européennes, qui prennent ainsi un petit air exotique.

Ces oiseaux exotiques appartiennent parfois à des espèces rares ou en déclin dans leur milieu d'origine, et parviennent à survivre et même à prospérer en Europe.

Les causes de cette introduction sont multiples :

-     Grâce à la beauté de leur plumage et à leur comportement amusant, ils sont volontiers nourris par les habitants, ce qui les aide à surmonter la période hivernale et/ou le manque de nourriture naturelle.

-     Les Psittacidés vivant en milieu urbain sont intelligents et sociables. En outre, étant d'origine captive, ils connaissent les humains et savent profiter de leur mode de vie.

-     Leur régime végétal est généraliste (bourgeons, graines, fruits, fleurs...), et grâce à leur bec puissant, ils peuvent s'attaquer à des aliments peu ou pas mangés par les espèces indigènes.

-     Certaines espèces, comme les Perruches à collier et Alexandre, proviennent, en tout cas pour les populations asiatiques, de régions où il peut faire froid en hiver, ce qui explique leur résistance.

-     Des analyses génétiques ont montré que les Perruches à collier établies en Europe étaient issues d'un mélange d'oiseaux asiatiques.  Une étude a même montré que les Perruches à collier européennes avaient déjà commencé à diverger morphologiquement pour mieux s'adapter à leurs nouvelles conditions de vie.

-     Comme c'est le cas pour d'autres espèces d'oiseaux vivant en zone urbaine, ils profitent d'une relativement faible prédation et de l'absence de la chasse et du braconnage.

-     Les perruches et les perroquets sont adaptés de façon innée à la recherche et à l'appropriation des sites de nidification, généralement des cavités, sauf pour quelques espèces comme la Conure veuve qui construisent d’énormes nids communautaires en brindilles.

 

On considère volontiers que les espèces invasives et exotiques constituent un danger majeur pour la biodiversité, en occupant par exemple les territoires et les sites de nidification des espèces indigènes.

Si cela a été démontré pour certains animaux et plantes, en particulier sur des îles, aucune étude n'a pour le moment démontré de façon claire que la Perruche à collier et la Conure veuve, les deux Pstittacidés les plus abondants en Europe, constituaient une vraie menace pour les oiseaux locaux.

Par contre, elles peuvent localement poser un problème pour les cultures.

En outre, étant donné le nombre de Perruches à collier déjà présentes en Europe, il serait très coûteux et compliqué de les éliminer.
Certains Pstittacidés, menacés dans leur milieu naturel, semblent florissants en milieu urbain.

Des populations férales urbaines pourraient ainsi sauver dans le futur des espèces devenues rares dans leur environnement d'origine grâce à des programmes de réintroduction.

 

Pour les détails, je vous suggère de consulter l’article complet sur Ornithomedia (http://www.ornithomedia.com/magazine/analyses/comment-expliquer-succes-installation-certains-psittacides-europe-02625.html?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Newsletter_de_fvrier_2018&utm_medium=email)

 

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie photos d'Ornithomedia.com

À lire sur le web

Le site web City Parrots : http://cityparrots.org

Sources

  • Daniel Sol, Cesar González-Lagos, Oriol Lapiedra et Mario Díaz (2017). Why Are Exotic Birds So Successful in Urbanized Environments? Ecology and Conservation of Birds in Urban Environments. Pages : 75-89. https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-319-43314-1_5
  • Leonardo Ancillotto, Diederik Strubbe, Mattia Menchetti et Emiliano Mori (2016). An overlooked invader? Ecological niche, invasion success and range dynamics of the Alexandrine parakeet in the invaded range. Biological Invasions. Volume 18,. Numéro : 2,. Pages : 583–595.

https://link.springer.com/article/10.1007/s10530-015-1032-y

  • Ariane Le Gros, Sarah Samadi, Dario Zuccon, Raphaël Cornette, Michael P. Braun, Juan Carlos Senar et Philippe Clergeau (2016). Rapid morphological changes, admixture and invasive success in populations of Ring-necked parakeets (Psittacula krameri) established in Europe. Biological Invasions. Volume 18. Numéro : 6. Pages : 1581–1598.

https://link.springer.com/article/10.1007/s10530-016-1103-8

 

  • Thomas Wolf et Gilles Touratier (2010). Recensement et étude des espèces dites « invasives » et « envahissantes » en Essonne. NaturEssone. Mars. 

www.naturessonne.fr/telechargements/etudes-especes-invasives-2010.pdf

 

  • Anne Weiserbs, Michel Janssens et Jean-Paul Jacob (2000). Une troisième perruche nicheuse en Région bruxelloise : la Perruche alexandre Psittacula eupatria. Aves. Volume : 37. Numéros : 3-4. Pages : 115-120.

www.researchgate.net

 

Mes propres références :

http://www.jacques-ornitho.be/les-psittacides-bruxellois

 

Je vous en souhaite bonne lecture

Jacques SCHWERS

Le 25 février 2018

 



26/02/2018
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres