ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

Le radar et les Martinets noirs

Le radar et les Martinets noirs

 

L’Institut Royal météorologique a installé un radar météorologique à Wideumont, dans la province du Luxembourg.  Il est installé sur le plateau de Recogne à une altitude de 535m.

Un second radar est installé à Jabbeke, entre Bruges et Ostende.

L'antenne parabolique de Wideumont se trouve au sommet d'une tour de 50 m.  Elle est entourée d'une sphère blanche en polyester, le radome, qui la protège du vent et des intempéries.

Le site choisi permet donc d'avoir un horizon parfaitement dégagé et d'assurer ainsi une bonne visibilité dans toutes les directions.

 

Le site du radar permet une bonne couverture sur les bassins versants de nombreuses rivières wallonnes se jetant pour la plupart dans la Meuse: la Lesse, la Lomme, la Semois, l'Ourthe, la Sûre.  Une meilleure estimation des précipitations tombant sur ces bassins versants permet de mieux évaluer les risques de crues et d'inondations.

 

Les images radar

Les données radar brutes récoltées par le radar de Wideumont sont transférées en temps réel vers l'IRM à Uccle où elles sont traitées de manière à générer un certain nombre d'images radar.

L'image de base est produite toutes les 5 minutes et représente l'intensité des précipitations dans un rayon de 240 km autour du radar.  Ces images permettent aux prévisionnistes de suivre à la trace les zones de précipitations (pluie, neige ou grêle).

Cependant, une estimation réaliste de l'intensité des précipitations n'est possible que dans un rayon de l'ordre de 100 km.  L'intensité estimée de précipitations en un point peut parfois être entachée d'une erreur de mesure non négligeable.

 

Le radar balaye constamment l'horizon et émet des impulsions électromagnétiques qui se propagent dans l'atmosphère.  Lorsqu'une impulsion rencontre une zone de précipitations, elle est en partie réfléchie et renvoyée vers le radar.  Le temps qui s'écoule entre l'émission de l'impulsion et la réception de signal réfléchi donne une estimation de la distance.  L'intensité du signal reçu fournit une estimation de l'intensité des précipitations.

 

Le radar de Wideumont est équipé d'une fonction Doppler qui permet de mesurer la vitesse radiale des précipitations. En d'autres termes, le radar permet de déterminer si les précipitations s'éloignent ou se rapprochent du radar et à quelle vitesse.

 

Ces installations permettent également de détecter les évolutions des oiseaux en diverses circonstances, ceci après traitement spécial des images radar.

 

Les Martinets noirs (Apus apus)

Avec le retour du temps estival ces derniers jours, les hirondelles et les martinets sont de nouveau en pleine activité.  Ils fendent frénétiquement l’air à la recherche d’insectes.

Connus pour les cris stridents qu’ils produisent, les Martinets noirs sont surtout les champions du vol.  A part pendant une courte période de couvaison, ces oiseaux parcourent le ciel toute l’année.  Ils se nourrissent, se reproduisent et même dorment en vol !

Grâce aux images radar, on  a pu observer que les Martinets noirs sont en pleine activité spécialement juste après le coucher, et juste avant le lever du Soleil.  A ces moments, on constate des concentrations importantes de Martinets en vol ascensionnel jusque 2.500 m d’altitude.

La découverte que leurs vols ascensionnels se produisent aussi à l’aube les rend encore plus mystérieux. On pensait jusqu’à présent que ces vols faisaient partie de leur cycle de sommeil, mais les scientifiques hollandais présument que ce comportement leur sert surtout à récolter des informations, par exemple, sur les conditions atmosphériques.

Grâce à cela, ces oiseaux sont peut-être en mesure d’établir une prévision du temps à venir.  Pouvoir anticiper la météo est essentiel pour les martinets car leur approvisionnement en nourriture dépend entièrement d’insectes volants que l’on retrouve uniquement lors de conditions atmosphériques favorables.

 

Je rappelle que ces images radar permettent également de détecter des vols de migrations, tant le jour que la nuit.

Par ailleurs, les images radar ont permis de constater que les feux d’artifices de la nouvelle année provoquent des envols importants d’oiseaux.

Voir mon article : //www.jacques-ornitho.be/blog/lire-article-143183-5494063-les_feux_d_artifice_du_nouvel_an_a_l_origine_d_un_.html

 

 

Le comportement de ces oiseaux lors du crépuscule était déjà connu mais dans une étude récente de l’Université d’Amsterdam (UvA) a permis de découvrir qu’ils le reproduisent aussi à l’aube.

Cette découverte surprenante a été réalisée à l’aide du radar météorologique du KNMI (Koninklijk Nederlands Meteologisch Instituut) à De Bilt, aux Pays-Bas, en collaboration avec l’IRM et l’Universiteit van Amsterdam.

 

L’étude néerlandaise est parue dans le magazine Animal Behaviour avec comme titre « Twilight ascents by Common Swifts, Apus apus, at dawn and dusk: acquisition of orientation cues? », par dr. Adriaan M. Dokter et son équipe.

//www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003347212005556

 

 

Cet article est une adaptation d’articles parus sur le site de l’IRM, et avec leur autorisation

 

//www.meteo.be/meteo/view/fr/10585394-Des+martinets+noirs+dans+les+donnees+radar+%3A+une+decouverte+etonnante%21.html

 

//www.meteo.be/meteo/view/fr/496332-Pourquoi+a+Wideumont.html

 

//www.meteo.be/meteo/view/fr/496212-Le+Radar+Meteorologique+de+Wideumont.html

 

Bon vol !!

Jacques

Le 17 juin 2013

 



17/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres