ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

Les oiseaux migrateurs et les radars météo

Les oiseaux migrateurs et les radars météo

 

Photo exclusive IRM  (C)

 

Les radars installés en Belgique sont évidemment indispensables à la navigation aérienne civile et, depuis peu, militaire.

Ces radars permettent également de détecter les oiseaux, surtout si ceux-ci sont nombreux, comme c’est le cas en période de migration, où à l’occasion des feux d’artifices.

 

Voir mes articles :

//www.jacques-ornitho.be/le-radar-et-les-martinets-noirs

//www.jacques-ornitho.be/les-feux-d-artifice-du-nouvel-an-a-l-origine-d-un-envol-massif-des-oiseaux

 

Depuis un peu plus d’un an, l’Institut Royal Météorologique fournit à notre Force aérienne une évaluation en temps réel du nombre d’oiseaux se trouvant dans l’air.

L’IRM se base sur des données des radars météorologiques.

Outre les précipitations, les radars météorologiques sont en effet sensibles au nombre d’oiseaux présents dans l’espace aérien.

Habituellement, il y a trop peu d’oiseaux en l’air que pour pouvoir renvoyer un signal clair de détection.

Par contre, on peut observer un fort signal radar pendant les périodes migratoires.
Sur les images radar semblables à  celles que l’on peut consulter sur le site //www.meteo.be/meteo/view/fr/65239-Accueil.html, ces échos d’oiseaux sont enlevés par filtrage.

Mais pour certaines applications particulières, ces informations peuvent être utiles.

Il existe, par exemple, en biologie, un domaine d’étude en biologie qui s’intéresse, entre autres, aux signaux d’oiseaux dans les images radar : cela s’appelle l’aéro-écologie.


A côté de cela, ces informations sont également utilisées par l’aviation, aussi bien civile que militaire, afin d’éviter au maximum les collisions entre oiseaux et avions.

 

Début octobre est traditionnellement une période intense de migration aviaire.

Notre pays se trouve sur une importante trajectoire pour les oiseaux en provenance de Scandinavie, en route vers le Sud.

Il semble que les oiseaux attendent des conditions météo favorables pour gérer le moment de leur voyage, entre autres la direction et la vitesse du vent, la visibilité et la température y jouent un rôle très important.

Il faut noter que beaucoup d’espèces d’oiseaux, essentiellement des passereaux, préfèrent voler de nuit pour éviter les prédateurs.  Cela n’empêche pas par exemple, les Faucons pèlerins bruxellois de profiter des lumières de la ville pour chasser la nuit.

Les écrans des radars indiquent combien d’oiseaux sont en vol dans l’atmosphère de même que leur altitude moyenne.

De par la haute résolution temporelle des images radar belges, le déroulement de ces migrations peut être précisément reporté sur des cartes. 
L’IRM livre ces données à l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique et à l’Université d’Amsterdam pour de plus amples recherches scientifiques.

 

Je vous convie à vous rendre sur le site de l’IRM pour plus de détails.

//www.meteo.be/meteo/view/fr/22302588-L%27envol+des+oiseaux+migrateurs+vu+par+les+radar+meteo.html

 

 

Bonnes observations

 

Jacques Schwers

Le 29 octobre 2015



29/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres