ORNITHO PHOTOS

ORNITHO PHOTOS

Les feux d'artifice du nouvel an à l'origine d'un envol massif des oiseaux

Texte adapté du site de l’Institut Royal Météorologique à Uccle (Bruxelles)
http://www.meteo.be/

 

 

Les feux d'artifice du nouvel an à l'origine d'un envol massif des oiseaux

 

Selon une étude récente réalisée aux Pays-Bas, les oiseaux et, en particulier, les oiseaux aquatiques s'envolent massivement lorsque les feux d'artifice du nouvel an sont tirés.    Une analyse minutieuse des images du radar météorologique de Zaventem (Belgocontrol) montre que le même phénomène se produit en Belgique.

De plus, en accord avec les résultats obtenus aux Pays-Bas, il apparaît que c'est principalement au-dessus des étendues d'eau aux alentours des zones urbanisées que ces vols massifs sont observés.


Les radars météorologiques sont habituellement utilisés pour détecter les zones de précipitations et pour estimer leur intensité.   L'IRM traite en temps réel les données de plusieurs radars météorologiques dont celles issues du radar de Zaventem.   La présence d'oiseaux peut perturber ces mesures mais, le plus souvent, leur nombre est insuffisant pour produire un signal observable.   Néanmoins, lorsque de très nombreux oiseaux sont présents dans l'atmosphère, notamment lors des grandes migrations, les échos renvoyés par ces oiseaux sont suffisamment intenses pour être observés par le radar.
Voir le site : http://www.meteo.be/meteo/view/fr/5872102-Flashes+par+le+radar.html

 

Pour détecter la présence d'oiseaux dans les données du radar de Zaventem, l'IRM a dû retraiter les données radar brutes de manière à produire des images moins filtrées laissant apparaître les signaux de faible intensité. Pour des raisons techniques, nous avons également dû nous limiter à un rayon de 20 km autour du radar.   Les limites provinciales et régionales apparaissent en vert et les cercles indiquent la distance au radar par pas de 5 km.


Le résultat est étonnant. Jusqu'à minuit règne un grand calme sur les images radar, à l'exception du bruit de fond habituel et de quelques échos marquants provenant notamment d'éoliennes.   A minuit précise c'est l'explosion et les oiseaux s'envolent massivement dans l'atmosphère.   Selon notre analyse détaillée, des vols d'oiseaux sont observés jusqu'à 500 m d'altitude.   Le calme revient assez rapidement et après une grosse demi-heure la plupart des oiseaux sont de retour au sol.

 

Ces images animées sont visibles sur le site de l’IRM :

http://www.meteo.be/meteo/view/fr/7102271-Les+feux+d’artifice+du+nouvel+an+a+l’origine+d’un+envol+massif+des+oiseaux.html

 

Sur la même page, on peut voir des instantanés de l'animation des images ainsi obtenues juste avant et juste après les douze coups de minuit.

 

Toujours sur la même page, lorsque l'on regarde les régions où l'on observe le plus d'oiseaux, il apparaît qu'elles correspondent généralement à des étendues d'eau à proximité des grandes agglomérations.   Nous les avons mises en évidence sur l’image de 00:11 h.   Les zones suivantes ont été identifiées: (1) la zone du canal à Vilvorde et plus au nord le bois de Aa le long du canal de Willebroek, (2) le domaine de Hofstade, Plankendael et le Rivierengebied près de Malines et (3) le bassin d'orage et la zone humide autour de la Nete près de Duffel. On observe également une densité importante d'oiseaux au-dessus du Domaine Royal de Laeken (4) et au-dessus de la zone verte au sud et à l'est de Bruxelles (Forêt de Soignes et parc de Tervuren).

 

Remarquons également que le signal observé est faible au-dessus des zones densément peuplées où la plupart des feux d'artifice sont tirés comme dans le centre de Bruxelles et de Malines. Cela signifie que le feu d'artifice lui-même n'est pas observé par le radar.

Les zones plus claires indiquées avec des lettres sont déjà présentes avant minuit.   Elles ne sont pas produites par les oiseaux mais peuvent être identifiées comme (a) les éoliennes le long de la N16 à Puurs, (b) les éoliennes le long de l'A12 à Willebroek et (c) l'installation radar aéronautique de Bertem.


Les biologistes mettent en garde contre les dommages que peuvent causer une telle réaction de peur au sein de la population d'oiseaux.  Il est possible que de telles réactions soient à l'origine de vagues de décès d'oiseaux qui sont parfois rapportées après le nouvel an, comme récemment dans la localité de Bebee dans l'Arkansas aux États-Unis.


Sur l'image qui se trouvait sur notre site web juste après le passage à l'an neuf, le signal produit par les oiseaux est trop faible pour être visible.


L'étude réalisée aux Pays-Bas est parue dans la revue Behavioral Ecology  (http://beheco.oxfordjournals.org/content/22/6/1173).

Les chercheurs ont réalisé un site web (http://horizon.science.uva.nl/fireworks/) où l'on peut voir les images radar du service météorologique hollandais (KNMI) lors des cinq dernières nuits du nouvel an.

L'IRM remercie Hélène Schmitz de Belgocontrol pour la mise à disposition des données brutes du radar de Zaventem.


Jacques Schwers
1/02/2012



01/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres